J'accueille TOUT http://jaccueilletout.com Blogue Thu, 19 Jul 2018 16:51:57 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.10 La peur du jugement… /la-peur-du-jugement/ /la-peur-du-jugement/#respond Mon, 12 Feb 2018 18:33:21 +0000 /?p=2824 Clairement, à sept ans seulement, j’apprenais déjà la « dualité ». Le monde était divisé en deux groupes : les rejetés et les populaires. J’aurais dû m’estimer heureuse d’avoir atterri dans le groupe des « populaires » mais pourtant, ce n’est pas du tout ce que je ressentais à l’intérieur de moi. 
Par Josyane Bissonnette

L’article La peur du jugement… est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]> Du plus longtemps que je me souvienne, j’ai toujours été sensible à « l’injustice ». Dès mon entrée à la maternelle, je remarquais que certains enfants étaient rejetés par les autres, et d’autres, admirés ou plus « populaires ».

Pour ma part, j’étais simplement sensible à ce que ceux qui étaient rejetés vivaient. Ça me faisait de la peine et je ne comprenais pas, du haut de mes cinq ans, pourquoi cette réalité existait. Je me sentais si impuissante de ne pas savoir quoi faire et surtout je me demandais pourquoi la vie semblait si « injuste » pour certains et si « gentille » pour d’autres?

Je me souviens très clairement avoir fait le choix de continuer à jouer et à apprendre avec curiosité toutes les nouvelles choses que j’avais à découvrir. L’école, c’était facile pour moi. J’aimais beaucoup m’amuser avec toutes ces nouvelles opportunités d’expansion qui se présentaient à moi à tous les jours.

Puis, sans que je ne m’en aperçoive, le temps a passé et je me suis soudain retrouvée dans le groupe des enfants jugés « populaires ». Certaines amies commençaient à me dire qu’elles aimeraient être belles comme moi, qu’elles aimeraient être bonnes comme moi et qu’elles aimeraient beaucoup jouer à tous les jours avec moi.

Du coup, je me souviens m’être sentie très mal à l’aise. Premièrement, j’étais inconfortable avec toute cette attention que l’on me portait. Pourquoi donc? Je ne comprenais pas. Ce n’était pas moi qui avait décidé du corps que j’avais, alors pourquoi le mien serait-il « plus beau » que celui d’une autre? Aussi, c’était naturel pour moi de m’amuser avec tous ces nouveaux apprentissages que je faisais alors pourquoi ma façon de jouer serait « mieux » que celles des autres? Finalement, pourquoi du jour au lendemain j’étais jugé comme étant « populaire » et que je ressentais tout cet engouement à mon égard?

Clairement, à sept ans seulement, j’apprenais déjà la « dualité ». Le monde était divisé en deux groupes : les rejetés et les populaires. J’aurais dû m’estimer heureuse d’avoir atterri dans le groupe des « populaires » mais pourtant, ce n’est pas du tout ce que je ressentais à l’intérieur de moi. 

En fait, je commençais à ressentir une pression qui venait de l’extérieur de moi. On cherchait indirectement à me faire comprendre que j’avais un « rôle » à jouer. Mes amies me regardaient avec les yeux grands ouverts et brillants en attendant que je dise ou fasse quelque chose. Il semblerait que c’était comme ça que la vie fonctionnait. Toute cette situation créait énormément de confusion dans ma tête de petite fille, et surtout venait me distraire pendant que je ressentais plein de choses passionnantes.

Au loin, je regardais les « rejetés » me regarder avec découragement et abdication. Comme s’ils auraient dont souhaité être à ma place mais ils s’avouaient déjà vaincus. Je me sentais tellement coupable face à eux et en même temps victime de cette « popularité » qui m’avait tombé dessus sans que je n’ai rien demandé. J’avais envie de leur crier : « Je m’excuse! Je ne comprends pas ce qui se passe!!! ».

Je ressentais également énormément de colère face à cette injustice flagrante qui existait à l’école. Pourquoi!? Pourquoi il y avait une division? Pourquoi certains souffraient? Pourquoi d’autres enviaient? Pourquoi certains attaquaient, ridiculisaient et oppressaient ceux qui étaient déjà rejetés?

Je me suis donc mise à observer ce que les adultes en pensaient. Je voyais l’enseignante qui semblaient très contrariée et préoccupée par les apprentissages que nous, les petits, avions à faire. Elle « valorisait » ceux qui « réussissaient », dont moi, et « disputait » ceux qui « échouaient » ou étaient « distraits » au lieu d’écouter les consignes qu’elle donnait.

Dans la cour de récréation c’était la même chose. Les surveillants punissaient ceux qui agaçaient les autres et étaient gentils avec ceux qui respectaient les consignes.

J’observais les « rejetés » et je me souviens clairement avoir ressenti tant de compassion pour eux en me disant que c’était tellement naturel qu’ils soient distraits par toutes les insultes qu’ils pouvaient recevoir dans une journée…

Et c’est à ce moment, du haut de mes sept ans, à l’âge de « raison » comme le disent les livres de psychologie, que j’ai appris malgré moi à juger, diviser et surtout raisonner de façon logique avec le mental…

Vers l’âge de 7 ans, l’enfant entre dans la période de la grande enfance, aussi appelée « âge de raison ». Cet âge raisonnable, longtemps considéré comme le premier pas dans la cour des grands représente la fin de la période œdipienne et le début d’un nouveau stade de logique et de compréhension du monde environnant.

C’est effectivement ce qu’on nous a appris, ce que mes parents ont appris, ce que les enseignants qui m’ont enseigné ont appris, et ce que que la société a choisi d’approuver comme étant la réalité.

Pas surprenant qu’aujourd’hui, trente ans plus tard, je constate que la société soit toujours divisée, exactement comme je l’ai observé au primaire. Il y a les riches et les pauvres, les érudits et les sans diplôme, les « bons » et les « méchants », les « beaux » et les « laids », etc. Exactement comme à la petite école, mais version « adulte » et « raisonnable ».

À tous les jours, j’observe encore plein de personnes autour de moi se débattre dans cette dualité, que ce soit pour gagner plus d’argent, réussir leur couple, bien paraitre aux yeux des autres, prouver qu’ils sont bons ou beaux, ou être en colère parce qu’ils sont rejetés par la société.

À tous les jours, j’observe encore des gens se comparer, se juger et mettre des efforts incroyables pour préserver ce qu’ils ont mis une vie à construire pour être « approuvés » par cette même société.

N’êtes-vous pas épuisés? Personnellement, je l’étais. C’est une course folle sans fin, une « rat race » comme on dit en anglais…

Et si nous avions appris autre chose à la petite école? Et si nous avions appris à rester connectés à ce « ressenti » et à le discerner au lieu de le « raisonner »?

Et si nous choisissions aujourd’hui de faire les choses complètement différemment de TOUT ce qu’on nous a appris?

Et si nous choisissions de faire « pause » l’espace d’un instant sur cette course folle afin de respirer et nous permettre de ressentir un peu ce qui se passe réellement en chacun de nous?

C’est ce que j’ai choisi de faire il y a quelque temps…

Aujourd’hui, à trente-neuf ans, j’accueille cette petite blondinette de sept ans qui m’habite et je l’invite à retourner dans son coeur afin qu’elle continue de jouer et de saisir toutes les belles opportunités d’expansion que l’Univers lui présente à chaque jour. C’est un retour à la facilité et à la légèreté mais surtout, à la Joie et à l’Intégrité de qui je suis!

N’est-ce pas cela, vivre son Style de Vie Ultime? Complètement libre d’aimer et d’être aimé, de s’accueillir exactement tel que l’on est?

Oui, je suis consciente que plusieurs personnes, peut-être même toi qui lit ce texte, me jugeront. Exactement comme au primaire…

À tous ceux qui m’envieront de vivre toute cette belle liberté, je vous partage avec tout mon coeur que vous êtes libres vous aussi de choisir un retour à qui vous êtes réellement et à une connexion à votre coeur qui lui, connait le chemin du retour… J’ai énormément de compassion pour vous parce que j’ai moi aussi très souvent dans ma vie remis mon pouvoir dans les mains de quelqu’un d’autre.

À tous ceux qui me traiteront de « pelleteuse de nuage », de trop « fuckée » ou « déconnectée » ou encore de « quétaine » avec mes histoires de retour à la connexion au coeur, j’ai plein de compassion pour vous parce que j’ai moi aussi jugé plein de personnes de la sorte, étant terrorisée par la peur de l’Amour en moi et du jugement des autres. Malgré tout, je vous confirme qu’il est possible, pour vous aussi, de choisir un retour à qui vous êtes réellement et à une connexion à votre coeur qui lui, connait le chemin du retour…

Et finalement, à tous ceux qui ressentent qu’ils ont envie de venir jouer côte à côte avec moi, je vous invite à vous créer un compte gratuitement sur Golden Heart Wisdom. Vous y trouverez un paquet de ressources pour vous assister vers le Retour à l’Essence de votre Style de Vie Ultime. Et je salue votre Courage ♡. Si ça vous tente, vous viendrez en jaser avec moi dans mon groupe Facebook privé, ça va tellement me faire plaisir de jouer côte à côte avec vous!

Enfin.

Enfin la petite blondinette que j’étais a retrouvé son chemin, et s’accueille pleinement comme une pionnière dans cette société en choisissant maintenant de mettre « le mental » au service du Coeur d’Or qu’elle porte, puisqu’elle sait avec certitude que tous les humains de cette terre le portent en eux aussi… C’est avec le sourire qu’elle choisit de retourner jouer, car elle ressent maintenant que c’est en jouant qu’elle assiste l’Humanité…

Avec Intégrité,
Josyane xox

L’article La peur du jugement… est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
/la-peur-du-jugement/feed/ 0 À toi, à moi… De Je veux TOUT à J’accueille TOUT /a-toi-a-moi-de-veux-a-jaccueille/ /a-toi-a-moi-de-veux-a-jaccueille/#comments Sun, 17 Sep 2017 16:44:12 +0000 /?p=2781 J’étais ta version « positive ». La « cheerleader » de notre vie, et ensemble, nous formions les deux côtés de la même médaille. Nous nous complétions à merveille, finalement… Par Josyane Bissonnette

L’article À toi, à moi… De Je veux TOUT à J’accueille TOUT est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
À toi, à moi… De Je veux TOUT à J’accueille TOUT

Cher égo,

Je te demande pardon, de t’avoir mis tant de pression. D’avoir souhaité si fort et d’avoir été si déterminée à réussir notre relation, notre famille et notre vie. Souvent je t’ai blâmé, critiqué et jugé « pas assez ». Aujourd’hui, je comprends comment tu as souvent pu te sentir car je me suis aussi blâmée, critiquée et souvent jugée « pas assez »…

Tu vois, j’avais peur de te comprendre, je niais profondément ce sentiment de ressemblance avec toi, car j’étais tout simplement effrayée à l’idée de visiter les mêmes souffrances que les tiennes, celles qui m’habitaient, derrière cette volonté pourtant si sincère de réussir notre vie.

Mes intentions étaient bien nobles mais tout aussi inconscientes et destructrices que les tiennes, finalement. Et pour ça aussi je te demande pardon. Toute cette détermination que je portais à bout de bras me maintenait constamment dans un état de lutte continuelle qui manquait cruellement de douceur, je l’avoue.

La vérité, c’est que derrière cette allure de femme forte prête à s’engager jusqu’à la mort afin de réaliser nos rêves les plus fous, prête à tout donner pour construire et bâtir l’amour tout autour de nous, j’étais effrayée. Autant que toi, j’imagine.

J’étais ta version « positive ». La « cheerleader » de notre vie, et ensemble, nous formions les deux côtés de la même médaille. Nous nous complétions à merveille, finalement…

Je te crois quand tu me dis que tu étais sincère et que tu souhaitais, toi aussi, le meilleur pour nous deux. Je le sais, car aujourd’hui je comprends que nous souhaitions tous les deux sincèrement la même chose, simplement, à l’aide de comportements différents…

J’avais mes raisons de te « pousser » et tu avais tes raisons de « résister ». Nous étions tous les deux rebelles, à notre façon. Nous refusions tout les deux le même « faux-semblant » que la vie nous propose, simplement toi tu avais choisi d’abdiquer, et moi de tout réparer.

Je pensais être capable de réussir, appuyée par ma détermination sans faille et mon engagement de béton. Et c’est seulement aujourd’hui que je réalise que c’était en fait de « l’auto-protection ».

Je me protégeais ainsi inconsciemment de l’échec, puisqu’il m’était beaucoup plus facile de te juger et de te blâmer que d’établir certaines frontières murmurées par mon coeur. Je n’avais pas le courage d’être pleinement responsable de te faire vivre les réelles conséquences de ta passivité alors ainsi j’avais l’impression d’avoir du contrôle sur la perspective de l’échec.

Mais quelle union et quel sentiment d’appartenance finalement, puisque toute cette lutte n’a fait que me diviser de l’Essence de qui je suis?

La vérité, c’est qu’en voulant tellement éviter le pire, je l’ai attiré, moi aussi.

Alors je te demande pardon, et je te dis que je t’aime, du plus profond de mon coeur. Je souhaite aussi te dire que nous avons tous les deux été à la hauteur, car je sais que nos intentions ont toujours été bienveillantes, l’un envers l’autre.

De Je Veux TOUT à J’accueille TOUT…

Aujourd’hui j’ai le courage et la wellingness de choisir consciemment de laisser le coeur nous guider. Il me souffle qu’il nous montrera le chemin vers un Univers jusque là inconnu, et il dit que la finalité n’existe pas, que tout est expérience.

Et que ces expériences ne seront ni bonnes, ni mauvaises, mais simplement des expériences que nous allons accueillir avec Courage, Compassion et Amour.

Qu’il se peut que, chemin faisant, j’intègre encore plus profondément de compassion et d’ouverture face à toi, tout en te tenant, pour une fois, responsable de tes comportements. Je comprends que je ne choisis plus de sauver, et de tout réparer, et que ce sera le plus beau des cadeaux que je puisse nous offrir.

Car aujourd’hui je sais que tes comportements ne sont pas qui je suis, et que qui je suis est beaucoup, beaucoup plus grand que ça. Et que si je ne me donne pas l’opportunité de m’en rendre compte par moi-même, je m’aurai nui, au final, moi qui cherchais naïvement à te réparer…

Merci pour tout, cher égo. Je te suis profondément reconnaissante d’avoir si longtemps gouverné ma vie puisque tu m’auras permis, aujourd’hui, de choisir consciemment de réouvrir mon coeur à l’Essence de qui je suis et d’avoir le courage et la wellingness de plonger dans une mer d’inconnu, cet endroit que je ne connais pas encore mais qui a déjà le pouvoir de faire vibrer mon coeur à l’idée d’y découvrir un espace de liberté d’Être, pleinement.

Et je sais maintenant que dans cet espace je ne me sentirai plus jamais séparée de qui ou quoi que ce soit…

Je suis prête. J’accueille TOUT. I embrace it ALL

À suivre …

L’article À toi, à moi… De Je veux TOUT à J’accueille TOUT est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
/a-toi-a-moi-de-veux-a-jaccueille/feed/ 1
Jour 4 : Il suffit de dire OUI! /jour-4-suffit-de-dire-oui/ /jour-4-suffit-de-dire-oui/#respond Wed, 07 Jun 2017 21:08:08 +0000 http://jeveuxtout.net/?p=2633 Depuis bientôt trois ans, je me pratique à dire « oui ». Au début, je le ressentais comme un murmure d’enthousiasme très timide et frêle. Puis tranquillement, je l’ai d’abord laissé exister, juste pour voir ce que ça ferait. Et plus je le laissais exister, plus il prenait de l’expansion.
Par Josyane Bissonnette

L’article Jour 4 : Il suffit de dire OUI! est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
Jour 4 : Il suffit de dire OUI!

Trop souvent, j’ai étouffé ce grand « OUI » parce qu’au fond, il a toujours existé… Je me souviens très bien des moments où je l’ai ressenti dans le passé par contre. Il arrive toujours par mon coeur qui vibre suivi d’un enthousiasme débordant. Ça te dit quelque chose?

Que ce soit devant un projet, une proposition, une opportunité ou une inspiration, le corps sait toujours par quel moyen nous faire prendre conscience de la réponse à offrir. Cependant, comme la plupart des gens vivent dans leur tête (c’était aussi mon cas), il devient plus difficile de saisir la nuances de ces subtilités.

Toutes sortes de raisons viennent étouffer ce grand « oui ». Le raisonnement en est une. As-tu remarqué que la majorité du temps, l’enthousiasme s’éteint juste après que le dialogue mental ait amorcé son plaidoyer?

En effet, l’égo tente par tous les moyens de nous maintenir dans ce que j’appelle la « petitesse ». L’égo veut contenir, ralentir, obstruer, aveugler afin d’éviter l’expansion.

Pourtant…

Pourtant, longtemps je me suis soumise à cette réalité. De l’extérieur, tout semblait calme mais à l’intérieur, c’était la tempête. J’en voulais à ma mère, à mon père, à mon chum, à mes collègues, à mes amies, à la société et à la terre entière! Seule dans ma tête j’étais très fâchée, jour après jour, contre tous les évènements qui arrivaient et qui venaient valider mes doutes et ma révolte intérieure.

Pourtant, mon coeur et mon corps continuaient de dire « oui », de souhaiter grandir et prendre de l’expansion. Mais je ne les écoutais jamais. Et je ne faisais pas ça pour mal faire, c’était simplement que j’ignorais à quel point ça pouvait être TELLEMENT plus simple de suivre leur guidance.

Depuis bientôt trois ans, je me pratique à dire « oui ». Au début, je le ressentais comme un murmure d’enthousiasme très timide et frêle. Puis tranquillement, je l’ai d’abord laissé exister, juste pour voir ce que ça ferait. Et plus je le laissais exister, plus il prenait de l’expansion.

Ensuite, j’ai commencé à faire des tests et à l’écouter pour le fun, juste pour observer ce que ça donnerait. Rapidement, toutes sortes de belles opportunités se présentaient à moi. C’était extraordinaire. Quand je regarde derrière, je n’en reviens pas de constater à quel point ma vie s’est transformée.

Aujourd’hui, j’ai dit « OUI ». Un grand et puissant « OUI » à l’univers tout entier. Je me réjouis maintenant à accueillir tout l’émerveillement que cette ouverture m’offrira.

Alors aujourd’hui, je t’invite à dire « oui » toi aussi. Quelque soit le murmure de ton coeur, je t’invite à le laisser exister afin qu’il puisse prendre toute son expansion. Et tu verras… Tu verras et tu sentiras alors tranquillement un retour à l’Essence de ton Style de Vie Ultime ♡.

En terminant, permets-moi de te poser une question. Es-tu prête à accueillir les opportunités?

À demain, pour le résumé de cette merveilleuse expansion…

Avec amour,

Pour lire le résumé du jour 1 : La boîte noire                             

Pour lire le résumé du jour 2 : De l’oppression à l’expansion

Pour lire le résumé du jour 3 : Facilité et Fluidité

L’article Jour 4 : Il suffit de dire OUI! est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
/jour-4-suffit-de-dire-oui/feed/ 0
Jour 3 : Facilité et Fluidité /jour-3-facilite-et-fluidite/ /jour-3-facilite-et-fluidite/#respond Tue, 06 Jun 2017 20:25:16 +0000 http://jeveuxtout.net/?p=2627 Pourtant, je me sens SI BIEN quand je fais des choses que j’aime… Je me sens tellement joyeuse quand j’accomplis une tâche avec Facilité et Fluidité. Sauf que, lorsque ça m’arrivait je me sentais automatiquement coupable.
Par Josyane Bissonnette

L’article Jour 3 : Facilité et Fluidité est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
Au moment où j’écris ces lignes, mon coeur déborde de Joie et d’Enthousiasme… Je t’explique. Vois-tu, lorsque j’étais plus jeune, un bon nombre d’actions étaient faciles pour moi.

Je me souviens qu’au primaire, je trouvais ça facile de résoudre des problèmes mathématiques tout autant que de jouer au basket… Je pouvais facilement faire une production écrite tout en battant le record du lancer du poids, et ce, sans efforts et tout ça dans la même journée!

Cependant en grandissant, les choses se sont compliquées… On m’a appris que je devais faire des efforts et forcer pour accomplir certaines choses. Puis rapidement, cette facilité a disparu.

Je suis presque certaine que toi aussi, tu as cette croyance que la vie n’est pas facile. Que tout ne peut pas être facile. Que forcément, la vie comprend son lot de désespoir et de difficultés…

Comprends-moi bien, j’ai énormément de compassion pour toi en ce moment puisqu’il y a quelques jours seulement, il me restait quelques croyances du même genre aussi…

Pourtant.

Pourtant, je me sens SI BIEN quand je fais des choses que j’aime… Je me sens tellement joyeuse quand j’accomplis une tâche avec Facilité et Fluidité. Sauf que, lorsque ça m’arrivait je me sentais automatiquement coupable. Comme si le fait de trouver cette tâche fluide et facile m’enlevait du mérite. Invalidait ladite tâche en question. Je me disais même intérieurement : « oui mais attend… si c’est aussi facile ça ne compte pas ». Ouf!

Aujourd’hui, j’ai expérimenté un retour à cette Facilité. J’ai d’abord pris une marche au bord de la mer avec une amie que j’aime. Ensuite, j’ai assisté à un meeting puis, j’ai lunché. Par la suite j’ai écrit un billet, réglé quelques trucs, écrit un témoignage, fait deux vidéos juste avant d’aller me baigner dans la piscine. J’ai assisté à un deuxième meeting en fin de journée, puis j’ai soupé et je me suis vraiment amusée. Quatre mots : Clarté, Fluidité, Facilité et Efficacité. Oui, tu as bien lu, j’ai été ultra efficace. Les tâches que j’ai faites aujourd’hui ont été tellement faciles et fluides!!! Tout ça en m’amusant et en étant complètement libre… De plus, si tu SAVAIS à quel point j’ai automatiquement senti mon énergie physique grimper dans le tapis! WOW. Enfin, je retrouve la Joie et l’Enthousiasme d’autrefois… 

Je ne sais pas si tu te reconnais dans ce que je t’écris, mais si c’est le cas, je t’invite à poser ces deux actions.

  1. Observe-toi pour les prochains 24 hrs et remarque tout simplement, sans jugement, les actions que tu fais avec Facilité. Prends le temps de ressentir ce que ça te fait vivre d’être dans cette énergie-là.
  1. Si tu n’arrives pas à trouver de Facilité ou de Joie dans ta vie, je t’invite à lire l’article suivant : La nature véritable de la compassion, et je t’invite également à avoir beaucoup de compassion pour toi-même. 

Il est non seulement possible de retrouver la Facilité dans notre quotidien, et il est également possible d’accueillir la Fluidité qui se pointe le bout du nez non loin derrière. Et ça, c’est sincèrement merveilleux! Je constate à quel point c’est fou comme ça change complètement mon énergie… Et c’est ce que je te souhaite d’expérimenter du plus profond de mon coeur.

À demain!

Avec amour,

Pour lire le résumé du jour 1 : La boîte noire                             

Pour lire le résumé du jour 2 : De l’oppression à l’expansion

L’article Jour 3 : Facilité et Fluidité est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
/jour-3-facilite-et-fluidite/feed/ 0
Jour 2 : De l’oppression à l’expansion… /jour-2-de-loppression-a-lexpansion/ /jour-2-de-loppression-a-lexpansion/#comments Sun, 04 Jun 2017 22:56:06 +0000 http://jeveuxtout.net/?p=2620 Eh bien, imagine-toi donc que furtivement, j’étais toujours et encore dans un « pattern » de performance. Je voulais tellement prouver que j’étais une « bonne personne » qui avait « travaillé fort sur elle-même » que je n’osais plus m’exprimer pleinement sans avoir peur d’être rejetée. Par Josyane Bissonnette

L’article Jour 2 : De l’oppression à l’expansion… est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>

Une fois la « boîte noire » éclatée, il y a rapidement un champ de possibilités infinies qui se dessine devant nous. Et généralement, il y a également un grand vide qui apparaît aussitôt. Et le vide, ça fait peur, n’est-ce pas?

Je me souviens très bien du moment où je me suis retrouvée devant ce tableau blanc, il y a quelques années… Mais qu’est-ce que je vais y peindre? que je me suis dit, découragée.

Mon enthousiaste s’est alors éteint aussi vite qu’il s’était manifesté. Puis, tranquillement, de petites idées se sont présentées, comme des intuitions ou des actions inspirées. Armée de tout mon courage, je les ai exposées à mon entourage. Quelle erreur!

Un paquet de jugements de toutes parts ont fusé. Alors j’ai décidé de m’opprimer. De me taire. De ne plus rien partager. J’avais honte d’avoir osé, ne serait-ce qu’un instant, croire que ce serait aussi facile, qu’il suffirait de suivre l’élan de mon coeur afin que tout se transforme avec facilité.

Ce que j’ignorais encore à cette époque, c’est qu’il suffit simplement de respirer. Oui, il suffit d’accueillir ces jugements et de les laisser exister. Nous n’avons pas à nous battre. Nous n’avons pas à prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Nous avons simplement à laisser exister ces idées.

Encore aujourd’hui, j’ai réalisé que je me taisais. Que j’oppressais qui j’étais pleinement par peur du rejet. Incroyable, n’est-ce pas, après tout ce chemin déjà parcouru?

En effet, je me suis laissé avoir comme bien des gens par les beaux principes du développement personnel du style : « il faut travailler fort sur soi-même pour être une meilleure personne » ou encore « un jour, après avoir réglé tous nos blocages, nous seront libérés de notre égo »… Tu saisis de quoi je parle?

Eh bien, imagine-toi donc que furtivement, j’étais toujours et encore dans un « pattern » de performance. Je voulais tellement prouver que j’étais une « bonne personne » qui avait « travaillé fort sur elle-même » que je n’osais plus m’exprimer pleinement sans avoir peur d’être rejetée. Oui, encore aujourd’hui!

Puis, ce matin Sylvie m’a demandé si j’étais prête à dire OUI à la pleine expression de qui je suis. Et j’ai répondu OUIIIII!

Par la suite, ma journée s’est déroulée de façon tellement fluide et facile. Mon coeur vibrait de plus en plus fort et les idées abondaient. Tous les nuages s’étaient dissipés.

Plus tard, après avoir admiré un coucher de soleil grandiose tout en savourant un verre de champagne, nous avons mangé, rigolé, chanté et dansé. Nous avons ri, souri et surtout apprécié. Le tout avec Grâce et Facilité.

Alors si toi aussi, tout comme moi, tu oppresses souvent cette partie de toi qui souhaite émerger, je t’invite à lire l’article suivant : Après le chaos, l’Expansion!

Il suffit parfois de quelques respirations pour prendre de très grandes expansions…

Avec amour,

L’article Jour 2 : De l’oppression à l’expansion… est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
/jour-2-de-loppression-a-lexpansion/feed/ 2
Jour 1 : La boîte noire /jour-1-boite-noire/ /jour-1-boite-noire/#respond Sat, 03 Jun 2017 22:49:49 +0000 http://jeveuxtout.net/?p=2611 Ma « boîte noire » a d’abord éclaté en mille morceaux, puis elle s’est finalement de plus en plus dissoute afin que je puisse accéder à beaucoup plus grand.
Par Josyane Bissonnette

L’article Jour 1 : La boîte noire est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>

Je me souviens très clairement de la période de ma vie dans laquelle je vivais dans une « boîte noire ». Cette « boîte noire », c’était ma tête, mon mental, avec tout le dialogue interne qui s’y trouvait. Tu sais, quand tu te parles constamment dans ta tête, voire même sans t’en rendre compte?

Dans ce dialogue interne, tout y était ; jugements, pensées, culpabilité, raisonnement, analyse… D’où l’expression « se casser la tête ». Alors je me « cassait la tête » avec toutes sortes de questions sur la vie, allant de est-ce que je mange du poulet ou une salade pour souper? à est-ce que je devrais quitter mon emploi?, en passant par est-ce que mon chum actuel est vraiment l’homme de ma vie?

Et ensuite, je cherchais toutes sortes de réponses à l’extérieur de moi, par des moyens très communs comme demander l’avis des autres, me demander ce que telle ou telle personne ferait à ma place bref, je pensais sincèrement que toutes mes réponses arriveraient de l’extérieur de moi. Parce que moi, en fait, je ne savais pas encore comment écouter mon ressenti à cette époque.

Beaucoup de chemin parcouru depuis pour arriver à une simple méthode : il suffit de dire OUI à ce qui me fait vibrer et à ce que j’aime. Toutes les réponses arriveront dans mon coeur.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Parce que c’est ce qu’on nous apprend à faire, compliqué. En effet, toutes sortes de croyances sont véhiculées qui stipulent que la vie est difficile, qu’on doit travailler fort pour jouir d’un confort quelconque, qu’on doit être une bonne personne, se sacrifier au nom de sa mission, etc.

L’autre matin, je discutais tranquillement avec ma puce de quatre ans lorsqu’elle me déclare tout bonnement : « Moi, je connais ma vie. Mes idées viennent du ciel, elles descendent dans mon coeur, je les entends et c’est comme ça que je connais ma vie. » Intéressant, non? Simple, oui! Et c’est comme ça que ça marche.

En fait, c’est comme ça que je fonctionne depuis quelques années. Et ce que j’expérimente est complètement différent. Ma « boîte noire » a d’abord éclaté en mille morceaux, puis elle s’est finalement de plus en plus dissoute afin que je puisse accéder à beaucoup plus grand. Et c’est concrètement ce qui commence de plus en plus à se manifester dans ma vie.

En ce moment, je reviens d’une visite professionnelle en Suisse où j’ai vu des paysages époustouflants, et présentement je vous écris d’une retraite que je fais pour moi ici dans la Villa Mille Fleurs sur l’île Saint-Martin. C’est tout simplement magnifique, magique et grandiose! Jamais cela n’aurait été possible à partir de ma boîte noire…

À mon arrivée ici, j’ai d’abord été renversée par l’incroyable beauté et richesse de la Villa. Imaginez-vous descendre des escaliers qui vous offrent une vue spectaculaire sur une énorme table et une piscine qui déferle sur la mer… Ensuite, je me suis installée dans ma chambre à moi toute seule avec ma salle de bain privée, et je me suis reposée.

La première « vraie » journée s’est passée de façon très harmonieuse, comme si le temps n’existait plus et qu’il n’y avait d’espace que pour la fluidité et le bien-être. C’est une expérience extraordinaire…

Alors si toi, présentement, tu sens que tu vis dans une boîte noire, permets-moi de te dire qu’il existe autre chose. Une autre façon de faire qui est beaucoup plus claire, fluide, facile et efficace, et je t’invite à lire l’article suivant : Se libérer des croyances et des jugements forgés dans l’égo.

Voici ce que j’avais à te partager aujourd’hui. Dis-toi que parfois, un simple ajustement d’un degré dans ta vie peut faire une différence énorme… C’est ce que j’ai concrètement comme preuve aujourd’hui.

À suivre!

Avec amour,

Par Josyane Bissonnette, fondatrice

L’idée du concept de « Je veux tout » est née le jour où j’ai compris que…je voulais TOUT! Et surtout que c’était possible de se créer une vie à son image qui goûte bon, sent bon et respire la beauté. Directrice des formations pour Swissnova, j’aide les personnes et les entreprises à mieux se connaitre, mieux communiquer et à s’aligner à leurs valeurs et motivations afin de passer à l’action en cohérence avec qui ils sont vraiment. Fermement engagée à explorer et nourrir mon idéal de vie, je crée, je lis, j’écris, je ris, je cuisine et j’adore voyager. Adepte de la vérité, j’aime la profondeur et l’authenticité tout en aimant m’amuser, dédramatiser, vulgariser et simplifier.

L’article Jour 1 : La boîte noire est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
/jour-1-boite-noire/feed/ 0
Comme une vague de liberté /comme-une-vague-de-liberte/ /comme-une-vague-de-liberte/#comments Sun, 07 May 2017 13:03:55 +0000 http://jeveuxtout.net/?p=2584 J’ai longtemps cru que tu étais un langoureux french kiss sous une pluie torrentielle du mois d’août.
Un paisible voilier sous un ciel étoilé. Un samedi sans soutien-gorge. Un verre de bulles sur une terrasse un lundi après-midi. La douce sensation de la mer sur mes pieds.

L’article Comme une vague de liberté est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>

Chère liberté,

Tu vibres en moi depuis toujours. Tes ailes poussent et battent à l’intérieur de moi chaque jour.

Tu es intemporelle, universelle, inépuisable et sans jugement.
Inodore, incolore et impalpable.
Tu es délicieusement neutre et silencieusement présente.

Comme la lumière, tu es toutes les couleurs à la fois.
Tu es là, tout simplement.

Ironiquement, je te cherche depuis toujours. Je me bats pour toi chaque jour.

J’ai longtemps cru que tu n’étais présente que les soirs et les weekends, que tu avais choisi de t’installer dans certains pays plutôt que d’autres, que si je ne remplissais pas mes obligations, tu me jugerais indigne de ta présence et me filerais entre les doigts.

J’ai même cru que je devais t’acheter. Et que tant que je ne serais pas riche, tu ne voudrais pas danser.

Je t’ai jugé, pardonne-moi.

J’ai longtemps cru que tu étais un chaud rayon de soleil sur ma peau.
Que ta musique était aussi douce qu’un « Je t’aime »,
aussi rassurante que le sifflement d’un Bruant à gorge blanche un matin de printemps.

J’ai longtemps cru que tu avais le goût du chocolat et l’odeur enivrante de la coriandre.
Que tu arborais les couleurs de l’arc-en-ciel,
que tu étais un billet d’avion vers une aventure exceptionnelle.

J’ai longtemps cru que tu étais un langoureux french kiss sous une pluie torrentielle du mois d’août.
Un paisible voilier sous un ciel étoilé.
Un samedi sans soutien-gorge.
Un verre de bulles sur une terrasse un lundi après-midi.
La douce sensation de la mer sur mes pieds.

Je t’ai jugé, pardonne-moi.

Car en te jugeant ainsi, je t’ai sans cesse cherché à l’extérieur.
Car en te jugeant ainsi, j’ai créé la peur.
La peur de te perdre.

J’ai eu peur qu’on t’enlève, ou que plus jamais tu ne reviennes.
J’ai eu peur que tu sois une illusion, une rareté.
Un rêve que je ne pourrais jamais me payer.
Un instant heureux qui allait inévitablement se terminer.

Et du moment oὺ j’ai commencé à te revendiquer, j’ai commencé à m’éloigner.
À me perdre. À te perdre.

On m’a demandé : « C’est quoi pour toi la liberté? »
Et j’ai figé. Je n’ai même pas osé me prononcer.
J’avais trop peur que tu sois hors de portée.

J’ai eu peur de toi, pardonne-moi.

Ainsi, au fil du temps, j’ai créé ma propre prison.
Et j’ai pleuré, crié, hurlé des jurons en cherchant la clé.
Sans être consciente qu’en vérité, elle me pendait au bout du nez.

On m’a dit : « ta liberté s’arrête oὺ celle des autres commence ».
J’ai donc commencé à t’ignorer, par peur de couper les ailes des autres.
Mais dans ce courant, ironiquement, j’ai probablement brimé la liberté de bien des gens.

J’ai eu peur de moi, pardonne-moi.

Maintenant, je sais que je n’ai nul besoin d’avoir peur.
Je sais que je n’ai qu’à suivre mon cœur.

Pas mon égo, pas mon mental.
Uniquement et simplement mon cœur.

Car mon cœur, c’est toi, chère liberté.

Maintenant je sais que je ne peux te perdre. Tu es en moi. Tu brilles en moi.

Évidemment, je me fais un devoir de savourer quotidiennement ta présence à travers mes 5 sens,
mais je sais aussi que tu es beaucoup plus que ça.

Je sais que tu es partout, même quand il n’y a pas de soleil ou de chocolat!
Je sais que même sous la pluie et dans la boue, tu sauras me transmettre un éclat de joie.

Chère liberté, tu es en moi.

Je fais maintenant le choix de te ressentir, chaque jour, à travers une profonde joie de vivre.

Je cesse de te juger et je t’accueille en toute neutralité.

Je me fais un plaisir d’aller à ta rencontre, hors du temps et de l’espace.
De suivre ta vague à travers mon souffle, les battements de mon cœur et l’énergie qui circule dans mes corps.

De ce simple geste, je n’ai plus à me battre. Je lâche prise.
De ce simple geste, je te laisse tracer mon chemin.
De ce simple geste, tu prends de plus en plus de place en mon sein.

C’est alors que mes ailes s’ouvrent, que l’univers me fait signe et m’accueille à bras ouverts.
C’est alors que la vie se place doucement et sans effort.
C’est alors que tout se transforme en or.
C’est alors qu’amour et lumière je partage sans limites, grâce à cette vague de liberté.

Merci à Karine Lottin, Annie Bergeron, Hanen Chakroun, Rym Boussofara, Guillaume Julien , Josyane Bissonnette, Marie Dietlin, Madeleine Savard, Ines Mahjoub, Rejean Bacon, Lucie Laperle et Annick Corriveau, pour l’inspiration et la cocréation de cette vague de liberté.

Avec amour,
Freedom xx

Marie-Ève Lord, blogueuse et spécialiste en communication sur le web

MARIE-ÈVE LORD

Site web | Facebook | Twitter | Instagram

Romantique un peu espiègle? Main de fer dans un gant de velours? Certes un grand cœur d’enfant! Comme le colibri, elle déguste tous les nectars de la vie.

Spécialiste en communication sur le web, elle aide les entrepreneurs à exprimer leur leadership de façon authentique, trouver leur voix sur le web, se faire connaître, faire croître leur communauté de clients, leur impact et leurs revenu$.

Elle est également consultante certifiée par Swissnova Global et fait des profils NOVA.

L’article Comme une vague de liberté est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
/comme-une-vague-de-liberte/feed/ 3
L’amour, la féminité, le coeur et l’abondance… /lamour-la-feminite-le-coeur-et-labondance/ /lamour-la-feminite-le-coeur-et-labondance/#comments Sun, 23 Apr 2017 23:27:08 +0000 http://jeveuxtout.net/?p=2555 L’article L’amour, la féminité, le coeur et l’abondance… est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>

Est-ce qu’il t’arrive à toi aussi d’entendre parfois une petite voix te dire qu’il y a plus grand que ça, que la vie est beaucoup plus grande et majestueuse que ce que ton cerveau peut le concevoir? S’il te plait répond « oui » parce que sinon je risque de me sentir comme une extra-terrestre…

Tu vois, c’est pour ça que j’ai créé ce blogue, EXACTEMENT pour cette raison-là. Parce cette petite voix, je l’entends depuis que je suis toute petite. Mais comme toi j’imagine, j’ai grandi et j’ai eu mon lot de défis. C’est pour ça qu’un jour j’ai cessé de rêver. Tu peux même lire cette histoire ici.

Tu comprends donc qu’il m’aura fallu beaucoup de cheminement et de travail sur moi pour retrouver cet état d’ouverture et de foi en la vie que j’ai aujourd’hui et qui m’a conduit une nuit, en bobette sur mon divan, à me dire : fuck off, moi JE VEUX TOUT! Si tu ne connaissais pas l’histoire de la création de ce blogue, et bien maintenant tu le sais. C’est aussi glam que ça!

Mais remontons le temps, si tu le veux bien. Je me souviens très clairement d’un soir de 2007 où je pleurais ma vie devant mon gros chêne et que l’idée de mourir m’avait sérieusement traversé l’esprit. Par chance, même dans la noirceur j’étais guidée, et c’est le livre de Marianne Williamson Un retour à l’amour qui m’aura permise de continuer. Ce moment charnière restera gravé dans mon coeur à jamais, puisque c’est à partir de ce jour que j’ai amorcé ma quête Divine.

Oui, tu as bien lu : « Divine ».

Je te rassure tout de suite, je n’ai rien d’une illuminée. Je suis une fille profonde mais « terre à terre » qui a besoin d’un minimum de rationalité dans sa vie. D’ailleurs, j’aime quand la science prouve des phénomènes mystiques et j’ai personnellement besoin d’un maximum de preuves avant de croire en quelque chose. Tel que le HeartMath Institute. Mais j’y reviendrai…

Donc, en 2007 débute ma quête Divine qui m’aura conduite à faire un paquet de changements dans ma vie, mais surtout à apprivoiser l’idée que mon bonheur est proportionnel à mon état de vulnérabilité. Cette histoire-là aussi tu peux la lire ici.

Alors tu comprendras que presque neuf ans plus tard, en novembre 2015, j’avais la nette impression d’être arrivée à destination. J’étais travailleuse autonome, j’avais mon bureau de coaching à Saint-Sauveur, je vivais dans une belle petite maison avec ma belle petite famille et je venais de faire le lancement majestueux du blogue que tu lis en ce moment alors en principe, l’affaire était Ketchup. J’avais réussi à me construire une vie à mon image.

SAUF QUE

Sauf qu’au matin de mon anniversaire, le 11 du 11, je me suis réveillée en larmes. J’ai pleuré toute la journée et même au resto devant plein de gens qui me jugeaient. J’étais gênée, mais je ne pouvais pas faire autrement alors je braillais comme un veau, parce que tu vois je m’avouais que je n’étais pas pleinement heureuse…

Oui, j’étais quand même heureuse, mais pas complètement. Pas VISCÉRALEMENT. Je sentais que je n’exploitais pas pleinement mon potentiel. Et le problème que je vivais était le suivant. Comme j’avais l’impression d’avoir atteint mes objectifs, je ne savais donc pas qu’est-ce que ça me prendrait d’autre pour être encore plus heureuse, tu comprends?

Oui, moi aussi je me trouvais pas mal capricieuse… Alors je me disais intérieurement : Bissonnette, c’est quoi ton problème??? (Oui, je m’appelle par mon nom de famille quand je suis fâchée contre moi…)

Bref.

Encore ce vide, ce FOUTU vide. J’avais autre chose à apprendre ça l’air. ENCORE!? Ben oui, moi aussi je me suis dit ça : comment ça ENCORE!? Me semble que j’avais atteint le Nirvana!!!

Euh tut tut, NON, m’a dit la vie. Il y a encore plus grand et plus majestueux que ça… SAUF QUE tu ne vas peut-être pas aimer ça, mais tu dois fermer ton bureau de coaching, renoncer à cette pratique, écrire un roman pendant les deux prochains mois puis ensuite tu attends. Sans revenus. Un saut dans le vide. C’est ça qui est ça.

***Bruit de criquets***

Comme je suis une bonne élève de l’école de la vie, j’ai suivi les instructions. Est-ce que j’ai eu peur? OUI. Est-ce que je me suis posé 42 000 questions? OUI. Est-ce que j’ai passé des nuits blanches à me ronger les ongles frénétiquement? OUI. Mais j’ai fait ce que j’avais à faire. J’ai écrit un roman.

Je me souviens que quelque part au milieu de moi qui écris en jogging les cheveux douteux dans mon divan et mes crises d’insécurités aiguës, j’ai senti une transformation profonde. Comme si les aiguilles de mon horloge interne qui avaient toujours tourné vers la droite ont tout à coup simplement cessé de tourner. Plus de « tic tac ». Comme si le temps s’était arrêté.

Une fois mon roman écrit, je ne savais plus quoi faire. Alors j’ai attendu. Ma petite voix me disait de me mettre au service de ce qui était plus grand que moi. Alors je l’ai fait et encore une fois, la vie avait des plans pour moi qui m’ont amenée à me dépasser encore plus loin. Tu peux aussi lire cette histoire ici.

Mais là je t’entends te demander où je m’en vais avec mes skis… Et tu as raison, j’y arrive justement.

Ce qui s’est passé dans ma vie durant les derniers mois est assez fascinant. Es-tu prête? Parce que c’est assez étrange…

Les aiguilles de mon horloge interne ont recommencé à tourner, mais vers la gauche cette fois. Je le sais, ça se peut pas des aiguilles d’horloge qui tournent vers la gauche, tu as raison. Mais c’est ça qui est ça. Ça a l’air que la vie me préparait pour encore plus grand. Plus grand que de voyager partout dans le monde pour ton travail, que de publier ton roman pis toute, pis toute? que tu te dis. Oui, que la vie m’a répondu. Oui.

Alors au moment même où je jouissais d’une plénitude relativement zen, ma vie a encore basculé. Mais cette fois-ci ce n’était pas juste des pleurs et de l’insécurité…non. La vie m’a dit : lâche prise sur TOUT le contrôle que tu exerces encore. TOUT. Laisse partir ton chum, laisse vivre ton ado, fais ceci, fais cela, va à droite, va à gauche, va en bas, va en haut. 

Bref. Un rodéo. Un tsunami. Un autre grand changement qui se préparait… Je commence à la connaitre la game de la Vie.

Oh j’ai essayé de résister, OH QUE OUI! Cette fois-ci, je ne voulais pas le lâcher le morceau, mais justement, il a éclaté le fameux morceau et il s’est désagrégé en poussière. Alors là, moi, j’étais là à courir avec mon balai et mon porte-poussière pour récupérer tout ce qui s’envolait au vent…

Donc.

Pendant que je courais partout entre la Tunisie, les dizaines de formations que je donnais, mon couple qui se détruisait, ma famille qui éclatait et le Maroc, j’ai eu cette guidance au milieu de la tempête. La vie me disait : ouvre ton coeur encore plus grand, car il existe encore plus d’abondance que tout ce que ton cerveau peut concevoir…

QUOI, ENCORE PLUS??? Oui, moi aussi je me trouvais encore pas mal capricieuse… Alors je me suis ENCORE dit intérieurement : Bissonnette, c’est quoi ton problème??? Mais cette fois-ci je criais pas mal plus…

Au travers cette tempête, j’ai vu une femme dans ma tête. Une femme que je connais depuis plusieurs années déjà, mais que je n’avais pas revue depuis longtemps. Alors j’ai fait des recherches sur Facebook et j’ai découvert qu’elle avait une entreprise qui s’appelle Golden Heart Wisdom… La sagesse du coeur d’or. La vie m’a dit : GO, contacte-la, c’est ça la prochaine étape.

Alors comme tu sais que je suis une bonne élève, je l’ai contacté. Elle m’a parlé de l’intelligence du coeur. OUI, le coeur serait plus intelligent que notre cerveau! Je m’intéressais déjà depuis quelque temps à ces nouvelles recherches du HeartMath Institute parce que personnellement, je sentais que depuis que mes aiguilles tournaient à contresens c’était davantage mon coeur qui me guidait puissamment.

En résumé, de nouvelles recherches démontrent que le cœur humain est beaucoup plus qu’une pompe efficace qui soutient la vie. Les nouvelles recherches suggèrent que le cœur est également le point d’accès à une source de sagesse et d’intelligence qui nous permettrait de vivre notre vie avec plus d’équilibre, une plus grande créativité et des capacités intuitives améliorées. (Traduction libre)

Alors tu comprendras que tout ce que cette femme me disait m’intéressait grandement. C’est alors qu’elle m’a alors parlé de transmutation. Oui, je sais. Moi aussi j’ai pensé à un extra-terrestre qui transmute en une créature étrange… Mais non. Imagine-toi donc que j’ai « transmuté » ce weekend. Et je n’ai rien d’étrange qui m’a poussé sur le corps!

Bref. Suite à cette expérience je suis profondément convaincue qu’il existe un monde à explorer entre la féminité, l’amour, le coeur et l’abondance. Et j’ai bien l’intention de poursuivre mes recherches sur le sujet. C’est pourquoi je me suis inscrite à l’un de ses programmes en ligne sur l’abondance financière que je débute cette semaine, et que je t’annonce que je vais bientôt me rendre sur l’île St-Martin pour faire une retraite avec elle et son mari.

Depuis que je suis toute petite je SAIS que la vie est beaucoup plus grande et majestueuse que mon cerveau peut le concevoir. En fait, lorsque j’étais toute petite mon égo et mon cerveau n’avaient pas encore pris le dessus sur l’intelligence de mon coeur… Et comme je veux tout, j’ai bien l’intention d’aller jusqu’au bout de cette nouvelle aventure. À suivre!

Avec tout mon amour,

Par Josyane Bissonnette, fondatrice

L’idée du concept de « Je veux tout » est née le jour où j’ai compris que…je voulais TOUT! Et surtout que c’était possible de se créer une vie à son image qui goûte bon, sent bon et respire la beauté. Directrice des formations pour Swissnova, j’aide les personnes et les entreprises à mieux se connaitre, mieux communiquer et à s’aligner à leurs valeurs et motivations afin de passer à l’action en cohérence avec qui ils sont vraiment. Fermement engagée à explorer et nourrir mon idéal de vie, je crée, je lis, j’écris, je ris, je cuisine et j’adore voyager. Adepte de la vérité, j’aime la profondeur et l’authenticité tout en aimant m’amuser, dédramatiser, vulgariser et simplifier.

Si ça vous tente de vous inscrire au programme, c’est ici <3. 

L’article L’amour, la féminité, le coeur et l’abondance… est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
/lamour-la-feminite-le-coeur-et-labondance/feed/ 8
Chère, cher ado, reviens à toi… /chere-cher-ado-reviens-a-toi/ /chere-cher-ado-reviens-a-toi/#respond Thu, 13 Apr 2017 22:21:53 +0000 http://jeveuxtout.net/?p=2534 Par Marie-Eve Lamontagne
Je ne peux m’empêcher de penser, pour trop souvent le constater, que certains adolescents, particulièrement les jeunes filles, doivent se sentir comme je me sentais à l’époque. Ils sont pris dans ce monde qui se déshumanise à vue d’œil, sans repères, sans équilibre. Ce monde que nous adultes, avons créé de nos propres mains et dans lequel on leur reproche aujourd’hui de vivre.

L’article Chère, cher ado, reviens à toi… est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>

Déjà à un très jeune âge, je percevais tout ce que les autres avaient que je n’avais pas.  Je voulais être « plus que », « mieux que ».  Je recherchais inconsciemment une perfection abstraite et inexistante.  En fait, je voulais simplement être n’importe qui d’autre que moi-même, car être moi-même c’était extrêmement douloureux, au point de ne plus vouloir être du tout.

Suite à la publication d’un billet que j’ai écrit pour Le Huffington Post Québec, lequel est intitulé « Réseaux sociaux : servir ou détruire », et après avoir donné une conférence sur le même sujet, je me suis questionnée à savoir comment j’aurais vécu, dans la peau de l’adolescente que j’étais, à cette époque actuelle où le virtuel occupe une si grande place.  Je me suis revue, moi la jeune Marie-Eve hypersensible, anxieuse, apeurée de ce monde auquel je ne voulais pas appartenir.  Moi, avec mes grosses lunettes, mes broches, mes cheveux bizarres et ma grande taille.  Si j’avais grandi au temps des réseaux sociaux, est-ce qu’ils m’auraient servi ou détruit?  Quel impact est-ce que ça aurait eu sur mon estime de moi déjà inexistante, due à ce mal-être qui m’avait habitée depuis le jour 1 de ma venue en ce monde ?

Je ne peux m’empêcher de penser, pour trop souvent le constater, que certains adolescents, particulièrement les jeunes filles, doivent se sentir comme je me sentais à l’époque.  Ils sont pris dans ce monde qui se déshumanise à vue d’œil, sans repères, sans équilibre.  Ce monde que nous adultes, avons créé de nos propres mains et dans lequel on leur reproche aujourd’hui de vivre.

J’aimerais adresser la suite de ce billet à tous ces jeunes qui souffrent en silence, qui croient qu’ils ne valent rien de plus que cette image qu’ils projettent sur Facebook, qui ont peut-être eux aussi l’impression d’être un extra-terrestre sur cette drôle de planète.

À toi l’ado qui te sent « différent », j’aimerais dire que ce qualificatif est le plus beau compliment qu’on ne pourra jamais te faire, car il signifie que tu ne te fonds pas dans la masse, que tu es unique et que si tu dois entrer dans le moule que la société a créé pour toi, le temps de ta formation dans cette grande école qu’est la vie, un jour tu auras la liberté d’ouvrir tes ailes et de voler où tu voudras.  Porte fièrement tes couleurs, à chaque instant.  Ne cède pas à la pression d’être quelqu’un que tu n’es pas.  Sois fort, plus fort que ce que les autres veulent faire de toi.  Apprends.  C’est « gratuit » et sers-toi de tes apprentissages pour avoir un impact positif dans le monde.

À toi l’ado qui a l’impression d’être en milieu étranger, qui ne trouve pas sa place, qui a besoin de t’isoler, je te comprends.  Il est vrai que tu n’es pas normal, car tu es extraordinaire.  Tu ne le sais pas encore, car moi-même je ne l’ai appris qu’à 37 ans.  Tu as des facultés incroyables, une grande sensibilité, une intelligence émotionnelle ou rationnelle peut-être plus développée que la normale.  Tu as en toi la force de changer le monde.  Ça peut te sembler bizarre, mais c’est pourtant vrai.  Toi seul pourras décider de ce que tu auras envie de faire, si tu as envie d’être jardinier ou de dépolluer les océans, mais n’oublie jamais que tu as cette incroyable force en toi.  Souris, si on te dit que tu n’es pas normal, car les gens sont en train de mourir intérieurement à l’être.

À toi l’ado qui vit peut-être dans un environnement instable, dans une famille dysfonctionnelle, avec des parents qui n’ont peut-être pas appris à ouvrir leurs ailes eux-mêmes…  À toi qui dois constamment t’adapter sans avoir tout le bagage et les ressources que peut avoir un adulte, je suis fière de toi.  Tu es fort, tellement fort!  Je ne connais pas beaucoup d’adultes qui seraient capables d’affronter tout ce que tu vis chaque jour.  On te dit toujours quoi ne pas faire ou au contraire quoi faire, mais jamais on ne t’a appris qu’avant tout ça, il y a une chose beaucoup plus importante.  C’est apprendre à être… Être toi.  Apprends-le, s’il te plait.

À toi l’ado, sois doux avec toi-même.  Traite-toi comme tu traiterais la personne que tu aimes le plus au monde.  Sois respectueux envers les autres.  Ne laisse aucun mot sortir de ta bouche, que tu ne serais pas prêt à recevoir toi-même.  Les mots peuvent détruire, tu le sais.  Choisis-les avec précautions.  Choisis-les avec ton cœur.  Sème la joie et l’amour dans ce monde au lieu d’entretenir la « bitcherie », les commérages, la jalousie et toutes ces émotions qui te font souffrir.  Sois heureux et sois avec des gens qui te rendent heureux. Tu en as le droit et le pouvoir.

À toi l’ado qui te définit avec un pouce, au nombre de « j’aime » que tu reçois sur Facebook, je veux te dire que tout ceci n’est qu’une illusion.  Tu n’as pas plus de valeur parce que tu es populaire et tu ne vaux pas moins parce que ta photo n’a pas eu l’effet que tu souhaitais sur Facebook.   Contente-toi d’être toi.  Crois-moi, tu seras amplement occupée à ne focaliser que sur cet objectif.  Avant d’être une vedette de sport, la fille « la plus » populaire de la classe, celle qui a le « plus beau » linge ou les « meilleures » notes, tu ES une personne.  Tu ES un humain comme les quelques milliards d’autres qui vivent sur cette planète.  Tu es l’égal de tous.  Celui que tu considères comme un « loser » aujourd’hui sera peut-être celui qui changera ta vie demain.  Il sera là pour toi si tu touches son cœur, mais il te bannira si tu le blesses.  Adresse-toi à tes amis et tes collègues de classes comme tu t’adresserais à la personne que tu estimes le plus.  Tu n’es pas obligé de les aimer, mais tu peux les respecter.  Respecter les autres, c’est te respecter toi, et c’est la base de l’estime de soi.

Cher ado, je pourrais t’écrire des centaines de pages comme celles-ci, mais je sais que tu n’aimes pas les longs messages.  Je te crie du fond de mon cœur de revenir à toi, de revenir à la vie, la vraie.  Décroche des réseaux sociaux, regarde le monde, sois heureux.  Tu es l’adulte de demain.  Tu es déjà conscient de tellement de choses.  Tu as le pouvoir de créer ta vie, de changer ce monde.  Que choisiras-tu d’entretenir à chaque instant?  Je te le demande. 

Ce n’est pas facile je sais, mais c’est nécessaire, car ce monde que tu es en train de créer est celui dans lequel tu vivras demain.  Il est celui dans lequel tu élèveras tes enfants et alors peut-être comprendras-tu pourquoi j’ai tellement à cœur de te voir heureux au lieu de te voir souffrir.

Cher ado, je crois en toi.  Il est temps que les choses changent.  Ce monde a besoin de toi dans ce que tu es de plus beau.  Il est temps de te découvrir.  Il est temps de revenir à toi…

Avec amour… de moi, l’ado devenue adulte.

Par Marie-Eve Lamontagne

Princesse dans l’âme, émerveillée par la magie et tout ce qui brille, je suis une femme et une petite fille à la fois. Pour moi les crinolines ne sont jamais assez grosses et le « bling bling » jamais assez présent! J’ai toujours eu à coeur le bien-être des autres, m’oubliant trop souvent. Ma quête la plus grande en ce monde? Mon bonheur, celui qui est doux, paisible et qui éblouit. Mon plus grand allié? Ma petite voix intérieure.

Mon instinct très développé a toujours guidé mes pas. Si la vie nous met souvent à l’épreuve, j’ai appris que c’est en apprenant à s’aimer sincèrement et non parfaitement qu’on arrive à guérir ses blessures. Passionnée d’écriture, ma collaboration avec Je veux tout me permet d’exprimer ma vision de la vie et inciter les lecteurs à descendre en eux pour découvrir le petit diamant brut qui s’y trouve et qui ne demande qu’à briller de mille feux.

Créatrice de l’Échelle Lamontagne, fondatrice de la Journée de l’estime de soi et auteure du livre Amour aller-retour, l’estime de soi est la clé, je suis animée d’un vif désir d’aider tous et chacun dans la quête de leur estime personnelle et de leur bien-être. Si j’ai dû avancer seule une grande partie de ma vie, j’ai par la suite eu la chance de découvrir la force de l’entraide et de l’amitié. Je crois que c’est main dans la main qu’on réussit à gravir l’échelle du mieux-être et à s’épanouir vers une pleine acception de soi, vers le bonheur et l’estime de soi.

L’article Chère, cher ado, reviens à toi… est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
/chere-cher-ado-reviens-a-toi/feed/ 0
Es-tu sur le point d’EXPLOSER… Ou pire, d’IMPLOSER?! /es-tu-sur-le-point-dexploser-ou-pire-dimploser/ /es-tu-sur-le-point-dexploser-ou-pire-dimploser/#respond Sat, 25 Mar 2017 20:01:22 +0000 http://jeveuxtout.net/?p=2509 Si jusqu’à maintenant tu te reconnais dans ce que je viens de décrire, tu souffres probablement, comme moi, de… Attention, roulements de tambourrrr….bbbrrr…bbbrrr : d’analphabétisme émotionnel!

L’article Es-tu sur le point d’EXPLOSER… Ou pire, d’IMPLOSER?! est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>

As-tu la fâcheuse tendance à bloquer ou à « ravaler » tes émotions, tes sentiments? Que ce soit pour ne pas blesser les autres, par peur d’être rejetée, trahie, abandonnée? Ou tout simplement parce que tu ne comprends rien à ce que tu ressens et préfères ne pas le vivre, l’ignorer?

 

Est-ce que, parfois, tu dis « oui » quand au fond tu aimerais dire « NON »?
Es-tu du genre à encaisser les coups, sans rien dire, comme « une championne »?
As-tu de la difficulté à déterminer et à exprimer tes limites, parce que t’sais, de toute façon, « t’es forte et t’es capable d’en prendre! »?

Laisse-moi deviner la suite… (Oui, je connais la suite, car j’ai été acrobate professionnelle au sein du cirque de l’illusion, et je me suis pété la gueule solide.)

LE CIRQUE DE TA VIE

Ce cirque dure un certain temps (parfois même plusieurs mois et années), tout semble être sous contrôle… Mais tout ça n’est qu’illusion, car le contrôle fait son temps.

Puis, un beau matin, sans trop savoir pourquoi, tu te lèves complètement exténuée, le motton dans gorge et la poitrine bloquée. Tu as l’impression que tu as le monde entier sur les épaules…

Et, ça y est! Quelque chose arrive pendant la journée, peut-être même une peccadille, mais celle-ci te fait EXPLOSER…Ou peut-être même IMPLOSER!

Tu te mets à dire des choses que tu ne voulais pas dire, à faire des actions que tu ne voulais pas poser, tu ne comprends même plus ce qui se passe… Tu ne te comprends plus toi-même, et encore moins les gens de ton entourage qui te trouvaient si gentille!

Bref, après le cirque de l’illusion, vient la violence. La violence envers toi-même et envers les autres.

Cela dit, cette violence, elle a commencé depuis très longtemps déjà… dès ta première gorgée de colère ou de tristesse ravalée.

MAIS POURQUOI???

Plusieurs raisons sont possibles et je ne détiens pas la vérité absolue… Mais si jusqu’à maintenant tu te reconnais dans ce que je viens de décrire, tu souffres probablement, comme moi, de… Attention, roulements de tambourrrr….bbbrrr…bbbrrr : d’analphabétisme émotionnel!

WTF, C’EST QUOI ÇA?

Comme je l’ai si bien appris dans le livre Cessez d’être gentil, soyez VRAI!, par Thomas d’Ansembourg, l’analphabétisme émotionnel est : « l’incapacité à comprendre ses sentiments et ses besoins comme à comprendre ceux des autres, et à formuler des demandes négociables. »

Et je cite encore : « Si nous négligeons nos sentiments et besoins, tôt ou tard quelqu’un paie : soi ou l’autre. La connaissance de soi n’a rien d’un repli narcissique : elle est un service rendu à la communauté. »

Boom! C’est simple, non? (Si tu ne comprends pas encore, t’inquiètes pas, ça m’a pris du temps moi aussi!)

Comme on l’explique si bien dans cette délicieuse capsule vidéo (clique ICI pour visionner, ça vaut le 3 minutes!), tes émotions sont un signal, un GROS FLAG ROUGE, qui te dit que quelque chose ne va pas, que ce qui se passe n’est pas aligné avec toi, que tes valeurs ne sont pas respectées, qu’un besoin n’est pas comblé, que tu dois passer à l’action, te retirer, demander de l’aide, etc.

Il faut donc absolument prendre en considération les messages que nos émotions tentent de nous transmettre! Sinon, si l’on continue à vivre dans l’illusion que tout va bien, c’est inévitable, on finit par frapper un iceberg… à se faire violence à soi et aux autres.

À QUI LA FAUTE?

Est-ce que c’est la faute de tes parents, de tes ancêtres ou de ton prof au primaire si tu es analphabète émotionnel?… Peut-être, peut-être pas, peu importe, ce n’est vraiment pas important de trouver un coupable et ça ne changera rien à ta situation!

L’important c’est que l’analphabétisme émotionnel, ça se soigne! Et seule toi détiens la clé du remède! 

C’est simple, si tu es analphabète, tu dois apprendre à lire et à reconnaître le langage… de tes émotions. Tu dois apprendre à accueillir, reconnaître, comprendre, respecter et exprimer ces émotions et les besoins qui les accompagnent. Mais, comment?

UN EXERCICE QUI VA TRANSFORMER TA VIE

Dans son livre, Thomas d’Ansembourg propose un exercice qu’il nomme « le processus de la communication non violente ». C’est un processus très simple (oui, j’aime beaucoup le mot « simple »), qui comprend 4 étapes qui vont carrément transformer ta vie.

Je suis en train d’expérimenter ce processus dans ma vie et je peux témoigner que les bienfaits sont immédiats! Cela dit, pour quelqu’un comme moi qui souffrais d’analphabétisme assez profond, je dois avouer que ça ne m’est pas venu naturellement du jour au lendemain. Disons que c’est un muscle qui se travaille chaque jour. Mais, une fois bien intégrée, tu n’as plus besoin d’y penser. C’est comme faire de la bicyclette!

Dans les prochaines lignes, je vais t’introduire à ce processus. Cela dit, je te recommande fortement de lire ce livre afin de bien comprendre toutes les notions qui l’entourent.

Personnellement, j’ai lu la version courte sous forme de BD et j’ai adoré! Tu peux te la procurer en cliquant ICI.

Mais, il existe aussi une version longue, que tu peux te procurer en cliquant ICI.

LE PROCESSUS DE LA COMMUNICATION NON VIOLENTE

Lorsque tu sens qu’une émotion inconfortable fait surface (ex : colère, tristesse, peur ou leurs dérivés) :

NO. 1 : Observer, sans jugement, les FAITS OBJECTIFS entourant la situation.

Sans jugement, ça veut dire, par exemple : « Ça fait 3 mois que je fais la vaisselle, l’épicerie, la cuisine l’aspirateur, les poubelles et le lavage seule. »

ET NON : « mon chum est un **** d’égoïste irresponsable qui ne fait jamais rien et qui abuse de moi! » Ça, c’est un jugement.

 

NO. 2 : Reconnaître les émotions et les sentiments que cette situation te faire vivre (encore une fois sans jugement).

Exemple : Je suis fatiguée de faire toutes ces tâches seule. Ça m’énerve et m’insécurise que mon chum ne propose jamais de m’aider. Je suis triste et anxieuse, car je ne comprends pas pourquoi il ne m’aide pas et ça me donne l’impression que mon partenaire me laisse tomber.

 

NO. 3 : Identifier le ou les besoins que tu éprouves par rapport à cette situation.

Exemple : J’ai besoin d’aide et de soutien. J’ai besoin de justice, d’égalité et de partage. Pour moi, un couple c’est une équipe et j’ai besoin que les deux partenaires s’entraident. J’ai besoin de comprendre pourquoi mon chum ne s’implique pas.

 

NO. 4 : Formuler ta demande ou passer à l’action. Cette demande doit être formulée de façon concrète, positive, réaliste et négociable. Elle doit aussi exprimer les sentiments et les besoins que tu as identifié.

Exemple : « Chéri, je me sens fatiguée et débordée par les tâches ménagères. J’ai besoin de ton aide et de ton soutien. Je propose que nous fassions une liste des tâches et que nous les séparions équitablement entre nous deux. Qu’en dis-tu? »

Peu importe comment se déroule de reste de la discussion, essaie de respecter ce processus tout au long de la conversation : FAITS – SENTIMENTS – BESOINS – DEMANDE OU ACTION.

Ces quatre étapes permettent vraiment de sortir du cirque de l’illusion, du jugement et de la manipulation; d’éviter des conflits, de communiquer plus clairement, dans l’harmonie et l’authenticité, de mieux comprendre tes besoins et ceux des autres pour mieux les combler.

As-tu déjà essayé ce processus? J’aimerais bien échanger sur le sujet avec toi! 😉

Je t’invite à nous partager tes réflexions et expériences dans les commentaires ci-dessous ou sur notre page Facebook!

Bref, cessez d’être gentil, soyez vrai! 😉

Marie-Ève Lord, blogueuse et spécialiste en communication sur le web

MARIE-ÈVE LORD

Site web | Facebook | Twitter | Instagram

Romantique un peu espiègle? Main de fer dans un gant de velours? Certes un grand cœur d’enfant! Comme le colibri, elle déguste tous les nectars de la vie.

Spécialiste en communication sur le web, elle aide les entrepreneurs à exprimer leur leadership de façon authentique, trouver leur voix sur le web, se faire connaître, faire croître leur communauté de clients, leur impact et leurs revenu$.

Elle est également consultante certifiée par Swissnova Global et fait des profils NOVA.

L’article Es-tu sur le point d’EXPLOSER… Ou pire, d’IMPLOSER?! est apparu en premier sur J'accueille TOUT.

]]>
/es-tu-sur-le-point-dexploser-ou-pire-dimploser/feed/ 0